Merci à Philippe Dagorne pour ce beau texte en avant-première :-)

J’entrevois sur la mer,
De la haine, son ombre
Battue d’un vent amer.
Amis ! Comme il fait sombre.

Ne cherchez pas d’abris,
Surtout restez debout
Car, de cette hystérie
Nous en viendrons à bout.

Séchons vite nos larmes,
Dressons-nous sans ambages,
Nous aurons pour toutes armes
L’amour et le partage.

Ensemençons le monde
Des plus fous de nos rêves,
Que l’espoir, telle une onde,
Émancipé se lève.

Et que nul sang impur
N’abreuve nos sillons,
De cœur et d’idées pures
Seuls nous les baignerons…