Il a poussé Hollande à maintenir son projet de déchéance de nationalité ; il a encouragé le projet de loi El Khomri, avec utilisation de l’article 49.3. Il s’est mis à dos l’électorat diplômé et urbain choqué par une mesure symbolique mais discriminatoire. Il a suscité l’opposition virulente de la CGT et de FO. Les bobos d’un côté, les prolos de l’autre : il s’est aliéné une grande partie de la gauche, sans rien gagner sur sa droite.

Social-libéral, adepte de l’ordre et du « tranchant de la loi », proposant la suppression des 35 heures, l’instauration de la « TVA sociale » La Croix

__________

Et il y a cette violence qui a émaillé les déplacements de Manuel Valls : enfariné à Strasbourg, giflé en Bretagne, raillé en direct par un auditeur sur l’antenne de France Inter le lendemain, chahuté par des anti-49-3 lors de son dernier meeting à Paris vendredi... (Marianne)

__________

"Le problème de Valls, c’est d’être un candidat de droite dans une primaire de gauche, et il porte un bilan dont personne ne veut", ironisait le camp Montebourg
C. Parrot France Télévisions 23/01/17

__________

Il n’y a pas de gauche sans utopie. Il n’y a pas de gauche sans l’espoir qu’un jour, même lointain, le soleil brillera pour tout le monde. Sans cette perspective de long terme, le progressisme se ramène à une modalité gestionnaire, moins mauvaise que le laisser-faire, moins dangereuse que le retour au nationalisme, mais qui n’enthousiasme personne. Libération

__________

l’UDI Yves Jégo tente un coup de billard à trois bandes. "Votez Valls pour faire baisser Macron et que Fillon gagne..." (Tweeter)