Un mat peint en blanc installé depuis peu près de Port Mélite intrigue parfois les promeneurs qui se demandent à quoi peut-il servir ?

Aujourd’hui : A rien !

Le modèle « réduit » mis en place a été simplement fait pour rappeler une page du passé maritime de Groix qui s’est refermée en 1996.

Un retour en arrière avant la Grande Guerre

Dans « La Croix de Groix » n°323 du7 janvier 1912
Tempête des 20 et 21 décembre 1911
Les dégâts causés à terre par la tempête sont considérables. La plupart des maisons de l’île ont été endommagées ; des toits entiers ont été soulevés puis à moitié arrachés. Il a fallu permettre aux couvreurs de travailler Dimanche et Fêtes pour fournir un abri aux familles les plus éprouvées.

L’inscription Maritime de Groix du 23 décembre 1911
Je rends compte à Monsieur le Chef d’État-major que la tempête qui a sévi dans la nuit du 20 au 21 décembre.
- 1° a jeté à terre l’amer de Saint Nicolas de forme trapézoïdale construit en pierre et servant de point de repère pour la base de vitesse entre Groix et les Glénans.
- 2° l’amer de Port Mélite a eu un hauban descellé aujourd’hui remis en place par l’entrepreneur qui avait été chargé de ce travail ;
- 3° l’amer de Clavezic constitué par un rail est plié en deux .
Signé : Grosgeard, Administrateur de l’Inscription maritime de Groix

Nous avons déjà parlé de l’amer de Saint Nicolas et de sa remise en état (tel qu’il apparaît actuellement) pour les essais de 1927.

Les amers de Port Mélite et Port Lay avaient été construits par la Direction des travaux Hydrauliques pour délimiter une base de vitesse dans les coureaux de Groix. Cette « petite » base d’une longueur de 1885,55 mètres soit un peu plus d’un mile marin permettait de faire des essais de propulsion pour les nouveaux bateaux avant leur mise en service actif. La longueur des bases était proportionnelle à la taille des navires , la « grande » base se trouvait entre Port Saint Nicolas et les Glénan .

Encore fallait-il déterminer exactement le point de départ et le point d’arrivée de la base.

Ces points étaient donnés par l’alignement de deux amers sur la côte.
Pour la petite base de Groix ils se matérialisaient par des mâts haubanés surmontés d’un voyant de forme triangulaire et de dimensions impressionnantes :
- Port Mélite :16 mètres de haut (le mat qui vient d’être mis en place ne fait que 5 mètres !) et un voyant d’1,60 m. de base et de 1,60m.de hauteur

- A Port Lay, le mât faisait une hauteur de 23 mètres avec un voyant de 3m. de base et autant de hauteur.

Vestiges de l’amer de Port-Lay

Les deux alignements étaient complétés par des mâts plus petits sur les hauteurs de l’île (entre Le Méné et Kerohet et entre le menhir de Kermario et Clavezic)
Ces installations furent entretenues par La marine jusqu’en 1996 année où elles furent définitivement remplacées par le GPS.

Pendant les périodes d’essais, on pouvait lire dans les journaux locaux :

Avis aux navigateurs

Arrêté du Contre-Amiral, Préfet maritime de Lorient :
- I. Tout bâtiment en essais sur les bases de vitesse devra porter en tête de mât de misaine une flamme signifiant : « Je fais des essais à grande vitesse »
- II. Tout bâtiment ou barque de pêche apercevant ce signal devra s’écarter de la route du bâtiment qui la porte ;
Il est interdit de tendre des filets ou des lignes ou de mouiller des casiers ou engins de pêche sur les alignements aux dates portées à la connaissance des navigateurs ou des pêcheurs par l’Inscription maritime. …….
- IV… Ne sera admise aucune réclamation relative à la destruction de filets ou autres engins de pêche rencontrés sur l’alignement de direction des bases. .. Pendants presque un siècle, les Groisillons purent voir, à certaines périodes, des coques grises plus ou moins grandes et leurs panaches de fumée effectuer ces essais de vitesse. .... Les records de vitesse étaient salués dans la Presse où le nom de Groix apparaissait souvent
Quant aux pêcheurs de Port Tudy, Port Lay ou Port Saint Nicolas, ils se sont servi de ces amers pour en faire des « marques » pour les bons endroits où poser leurs casiers ou leurs filets.

L’équipe de Ludo pendant le montage à Port Mélite.

J.C. Le Corre et Yves Raude
Mars 2018