Photo Ouest-France

A une certaine époque, pas si lointaine, j’avais proposé, lors d’une des nombreuses réunions qui se sont tenues pour parler...palabrer... tergiverser... rêver à un avenir commun pour Port-Lay, de donner un nom à ce lieu ouvert aux associations, un lieu ou il se passe indéniablement des choses depuis de nombreuses année, j’avais suggéré "L’USINE"... d’une part, ce qui tombait sous le sens, en mémoire du lieu, la conserverie de thon, mais l’évidence du nom pour moi était ce terreau où comme je l’ai dis, beaucoup d’associations travaillent...créent...expérimentent et il n’est plus à démontrer que chaque année Port-Lay reste éveillé toute l’année grâce à l’engagement artistique que chaque association restitue qui par un festival, qui par une exposition... un concert et bien d’autres manifestations et rencontre tant sur lieu mais aussi sur d’autres espaces de l’île.

Alors quoi dire et quoi faire... En 1ère intention "le gouvernement" de l’île et la gouvernance de l’agglomération doivent se mettre une bonne fois autour de la table avec les acteurs concernés pour que se dise enfin quelles sont les intentions, les désirs de chacun, les opportunités, les atouts de porter un projet global et que chacun y trouve sont compte....

Mais quels comptes..? Peut-être est-il plus simple de laisser pourrir une situation et que chacun finisse par "admettre" que finalement la meilleur solution est que "L’Usine" soit racheter par un ou des privés... ( et que dans "le fond des affaires" c’est bien pour la région et la commune de faire rentrer de l’argent (ce qui peut paraître honorable..) mais c’est surtout finalement plus simple à gérer..? !)

A l’époque en question on avait même évoqué la possibilité et surtout la nécessité d’une forme d’auto-gestion car, au regard des moyens logistiques, techniques de la municipalité il est évident que les services ne peuvent pas tout gérer et il est raisonnable de penser qu’en terme d’échange de services, les heureux bénéficiaires des lieux pourraient envisager un engagement collectif au service du site.

Que pensent chaque responsable ou acteur des différentes associations qui bénéficient aujourd’hui à Port-Lay, de lieu de création, d’hébergement associatif, d’accueil de spectacle, de bureau, de salle de projection, de lieu de stockage, de salle de répétition, de lieu de réunion et de convivialité... d’espace de loisir et d’échange...

Même la mairie y a su trouver un intérêt car la grande usine se transforme chaque hiver en une annexe des services techniques.

Au regard de ce que j’ai pu vivre ces dernier temps en tant que responsable d’association j’ai sentis "comme un léger flottement de responsabilités" pour la simple raison que je n’ai jamais eu de réponse de "l’agglo"quand à l’autorisation d’occupation du réfectoire de Port-Lay pour des répétitions durant les travaux de la salle des fêtes... Cette anecdote reflète la situation de non concertation dans laquelle se trouvent les protagonistes de l’avenir de Port-Lay.

Comme Jean-Luc Blain, je suis sûr que Port-Lay a un avenir à ne pas négliger tant pour la commune que pour la région mais les investissements nécessaires devrons avoir la garantie d’une bonne maîtrise des ambitions, portées par un projet "équitable" pour tous.

Pour ce faire, il est impératif que les associations déjà présentent sur le terrain, se sert les coudes et le discours que j’ai pu entendre à savoir " non finalement il vaut mieux se la fermer...ne pas bouger... et attendre que les choses viennent.. !"Ce n’est pas du tout mon sentiment.

Quand aux ambitions culturelles de la commune, j’espère qu’elles ne sont pas liées uniquement au bon vouloir de l’agglomération...

Oui, "L’Usine" de Port-Lay mérite que l’on s’attache de prêt à ce qu’elle sait déjà faire et qu’elle peut faire encore mieux et de façon pérenne avec un encadrement porteur d’emploi, de richesse, de création, et d’épanouissement.

Alors HATOUP.. ! JMLD

Photo Ouest-France