Polémique, quelle polémique ?

Je plains, Monsieur le Maire, celui qui ne connaitrait pas votre art consommé de la politique. Je plains encore plus celui qui n’aurait pas deviné ce que peut espérer un macroniste d’une publication que je trouve dommageable pour votre liste.

Les électeurs de la commune ne sont majoritairement ni des ignorants ni des poussins de la semaine et la plupart savent fort bien que un ou plusieurs candidats des deux listes en piste sont d’accord avec des lois qui vont plonger une bonne partie de leurs concitoyens dans le dénuement ou pire encore, en aggraver la misère.

N’ayant pas réussi à savoir qui, parmi vos candidats, soutient ouvertement la réforme du chômage et celle des retraites, je n’ai pu leur demander directement quelle augmentation du budget social ils accepteraient pour faire face à ce cataclysme. Cela me laisse donc dans l’expectative.

D’autre part, je ne vous ferai pas l’injure de croire que vous ne connaissez pas le sens du mot "polémique" (pour faire simple, dans mes 4 dictionnaires : "débat agressif"). Je ne vois AUCUNE AGRESSIVITE dans mes propos mais si se poser des questions avant une élection qui engage l’avenir quotidien est pris pour de la "polémique", c’est que Macron a réussi son opération de privation des libertés !

P. Scr. Je fais toujours lire mes écrits avant publication à plusieurs de mes amis et personne n’a relevé alors une quelconque agressivité. Mieux même, ils sont entièrement d’accord avec le fond et la forme.