L’agriculteur de la vallée de la Roya, qui a défrayé la chronique pour son combat aux côtés des migrants (et ses démêlés avec la justice jusqu’à la consécration du "principe de fraternité"), se raconte dans un livre. A l’initiative de la première communauté Emmaüs agricole créée en France, Cédric Herrou publie "Change ton monde", préfacé par Jean-Marie Le Clézio

L’Obs : JM Le Clézio, vous écrivez que Cédric Herrou est entré en guerre : une "guerre contre l’indifférence, contre les mensonges de la classe politique, une guerre contre la brutalité d’une partie des forces de l’ordre…" Pourquoi ce mot ?

JM Le Clézio : J’admire chez Cédric sa volonté de contester de façon active. Je suis complètement inactif dans la vie, je peux utiliser mon langage, mais c’est tout. Cédric est quelqu’un qui se rebiffe contre ce qui est considéré comme normal. Mais la guerre n’est pas nécessairement une action violente. Cela peut être une résistance, un plaidoyer, une prise de parti. En cela, Cédric Herrou est notre héros. Il subit des arrestations violentes, des gardes à vue humiliantes, pour la seule raison qu’il a porté assistance à des hommes et des femmes. C’est inacceptable.