On ne sait pourquoi, mais il arrive que ça change. Quelque chose grippe, quelque chose désobéit. Ou quelqu’un. Peu de choses, peu de gens en vérité, mais cette résistance illumine, comme un éclair, le paysage et permet de voir à travers lui.
(Jacques Jedwab)

Malgré l’organisation précaire de certaines consultations et l’opposition de quelques préfets, de nombreux citoyens se sont déclarés opposés au changement de statut de la Poste.
A Groix, un des arguments qui revenait le plus souvent chez les "votants" était : "ils vont pas nous refaire le coup de GDF !"
On en a déduit que ceux qu’on n’a pas vus croient encore aux promesses de ce gouvernement :-((
Il n’en reste pas moins que 649 NON exprimés (rappel : 2294 inscrits en 2008 - 1376 votants aux dernières régionales) dans les conditions de parfaite transparence, puisque sans isoloir, c’est un sacré résultat si l’on compare aux communes de même importance !
(seules Lorient, Vannes, Lanester, Hennebont et Ploeren ont plus de votants que Groix ; Belle-Ile : 264.)
Avoir derrières les urnes des équipes composées quasi-uniquement de "néos" et voir les "Groisillons" (sens réduit du terme) venir voter avec le sourire, la poignée de main franche et même des remerciements, ça montre que le virage de la "cohabitation" est bien pris. Mieux encore, c’est sur une consultation solidaire avec les postiers (qui ont tous voté, guichetiers et facteurs confondus) que cette unité s’est exprimée.
L’exception : une touriste prétendant qu’il n’y aurait jamais privatisation et que même, la privatisation n’est pas si grave, elle en sait quelque chose puisqu’elle travaille à France Télécom. Souhaitons pour sa famille qu’on ne la voit pas dans la prochaine liste des suicides.