P. Legorjus, patron du GIGN en 1988, a vu "L’ordre et la morale", le film de Mathieu Kassovitz. Vingt-trois ans après les drames de la gendarmerie de Fayaoué et de la grotte d’Ouvéa, il affirme que des Kanak ont été exécutés.
"Le film n’est pas encore assez dur vis-à-vis de la manière dont les politiques de droite et de gauche ont géré le problème. J’ai pour la gent politique de l’époque, qui est quasiment la même aujourd’hui, la plus grande méfiance, voire la plus grande défiance sur ses qualités morales, intellectuelles et humaines.
La France n’arrive pas à mettre en scène des histoires du passé récent pour essayer d’en tirer des enseignements. L’Ordre et la Morale est un vrai support pédagogique".

http://www.lnc.nc/pays/186-intervie...