Patrice et Marie, qui ont trois filles, vivent sur l’île de Groix, en Bretagne.../...
Patrice, 37 ans, a pris un congé parental il y a deux ans et demi lorsque sa compagne, Marie, a décroché un poste important à la mairie de Groix. Tous deux rêvaient de s’installer sur une île. Patrice, fonctionnaire dans le tourisme, avait fait le tour de son travail. C’est donc moins par militantisme qu’en raison d’une opportunité professionnelle que le couple a choisi de s’organiser ainsi.
Depuis, Marie travaille de 9 heures à 19 heures à la mairie, avec au moins une réunion jusqu’à 22 heures chaque semaine. Patrice, lui, s’occupe à plein-temps de leurs trois filles de 5 ans, 3 ans et 10 mois, assure la garderie parentale à l’école deux fois par mois et gère toute l’intendance à la maison.
Patrice et Marie doivent aussi compter avec les stéréotypes.
« Il faut dire qu’on est seulement 15 pères en congé parental dans la région ! », note Patrice. L’un comme l’autre ont le sentiment de devoir se justifier en permanence. « Pour beaucoup de gens, il n’est pas normal qu’un homme ne travaille pas, déplore Patrice. Mais être à la maison, c’est du boulot ! », dit-il.
De même, il confie l’importance d’avoir monté un club de rugby dans la commune, comme gage de. virilité. De son côté, Marie ressent une véritable pression sociale et avoue culpabiliser souvent. « L’autre jour, l’ institutrice m’a demandé si je m’occupais des filles le matin, si je leur donnais le bain, etc. Comme si j’abandonnais mes enfants ! », s’insurge la jeune femme. Questions que l’on ne poserait pas à un homme dont la femme est en congé parental.
En outre, Marie s’interdit de prendre du temps pour elle. « Tout mon temps libre, je le consacre aux filles et je me sens obligée d’en faire plus, aux kermesses, aux anniversaires. » Au risque de s’épuiser.../...
M. LAMOUREUX La Croix 27/6/11