JPG - 43.4 ko

avec la bénédiction de Goulard et ses amis groisillons !

Hier, deux conseillers généraux ont exprimé en session départementale leur inquiétude devant les conséquences de la décision d’Océane de supprimer un bateau l’hiver ( D. Guillaume, élue du canton et Y. Brien qui lisait un texte de G. Perron, maire d’Hennebont, solidaire des Groisillons).
Le président Goulard manifeste, outre une méconnaissance totale de nos réalités , un mépris tel que ses supporters locaux devraient s’interroger longuement...
En effet, il prétend que la revendication de l’association des commerçants, celle des artisans et celle du Collectif Citoyen de Groix n’est que l’expression d’une minorité de Groisillons.

Que fait-il de la motion votée A L’UNANIMITE par les élus locaux en juin ?
Comment un président de conseil général peut-il considérer ainsi les représentants de la commune ? Jusqu’à maintenant, on avait cru qu’il prenait quelque distance avec les pratiques du président de la République. En cette circonstance, il se dévoile : c’est son clone !
Le mépris manifesté dans sa réponse à notre conseillère générale dépasse les bornes : parler de fonds obtenus pour l’entretien d’une mini-route quand elle demande le maintien d’un service public de transport maritime est la preuve qu’il se maintiendra dans l’ignorance de la situation spécifique de Groix.

Comment s’étonner alors qu’il ne fasse aucun cas des positions prises par toutes les associations représentées lors de la préparation de la Commission des horaires ? Et les 2600 signatures de la pétition de juillet comptent-elles pour rien ?

Quand on constate le résultat encourageant de l’appel à participation financière pour le déplacement à Vannes, on se dit que Goulard n’est pas le seul à méconnaître l’opinion d’une majorité de la population groisillonne !

Ceux qui sur l’île s’époumonent à faire dire par leurs porte-paroles que un seul bateau n’a pas d’incidence sur leur vie préfèrent défendre les intérêts de Véolia* (et vraisemblablement les leurs, qu’ils soient dans le rapport de leurs actions ou dans le maintien de relations privilégiées qui permettent quelques bénéfices secondaires - recrutements ou autres...) plutôt que penser à l’avenir de l’île, définitivement compromis si des familles avec enfants la quittent en nombre.
* Son cours de Bourse s’est effondré de plus de 56% depuis le début de l’année, ce qui en fait la plus forte baisse du CAC 40.

Sur la quarantaine de personnes constituant la délégation vers Vannes, un seul des présents défendait, pour une part, ses conditions de vie.
Aucun des autres n’avait un intérêt personnel quelconque à la mise en service de deux bateaux plutôt qu’un. Seul les motivait l’avenir de l’île qu’ils ne veulent pas voir transformée en réserve pour touristes fortunés.

Et, visiblement, ils continueront à défendre cette position, la seule honorable pour des citoyens n’ayant comme but que le bien commun et pas l’avenir électoral de tel ou tel !

Précision pour les "emberlificotés" : vous ne lisez pas actuellement le blog du COCIG mais "le blog d’Anita". Vous ne lisez donc ici que mon opinion personnelle et en aucun cas celle du Collectif Citoyen de Groix. Pour cela, visiter http://cocig.org/.