A Groix, le plongeur sauve le plaisancier

Yannick Calloc’h : «Quand j’ai vu la vedette dériver, je me suis dit que ce n’était pas normal.» Yannick a alors regagné la terre pour demander à des promeneurs de composer le 112. «Son coupe-vent était bien chargé en eau mais j’ai réussi à le ramener au sec.Apparemment il va bien ».
Ouest-France 16/04/12

Une caravane détruite par le feu à Kerbéthanie
À l’arrivée des pompiers, le feu avait ravagé une caravane rangée sur le parking du Trou de l’Enfer. La caravane, qui servait à bloquer l’accès à la maison Gavet, avait été déplacée, à l’occasion du démarrage des travaux de démolition. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.
Ouest-France 16/04/12

E. Guégano quitte la présidence des officiers mariniers
Il était à la fois président et trésorier de l’association. Aucun membre ne souhaitant reprendre le flambeau, l’association est mise provisoirement en sommeil pendant un an. Mais G. Benecke est nommé chargé de relations avec l’association départementale des officiers mariniers en retraite.
Ouest-France 16/04/12

Lellouche accusé de travail dissimulé
Une Mauricienne avait témoigné anonymement dans un documentaire diffusé le 2 avril sur Canal+, affirmant être femme de ménage depuis 2009 chez un ministre, rémunérée en liquide et en chèque emploi service. Elle disait n’avoir jamais reçu de feuille de paie, un indice qu’elle n’était pas déclarée.
Le Figaro 16/04/12

Dernier mirage à droite
La levée en masse espérée par l’UMP n’a pas eu lieu. Et le doute gagne les militants comme le clan sarkozyste. L’entourage de Sarkozy avait théorisé le candidat cogneur, amateur de «bourre-pif». Pour se rendre compte (trop tard ?) que le candidat était en train de dilapider le petit capital d’image de président, qu’il avait péniblement reconstitué depuis un an.
A. GUIRAL, G. BISEAU Libération 15/04/12

Le temps d’un Poutou
À l’écouter, d’un seul coup, je me demandais pourquoi les autres se croient obligés de m’engueuler pour m’expliquer. Poutou sourit, il est marrant, il fait des clips burlesques.Il représente vraiment une partie de la société française. Il respire l’authenticité, la sincérité, on le sent assez vrai ouvrier. C’était le temps d’un Poutou dans un monde de brutes.
Koz La Croix 13/04/12